Quel est le taux d’humidité idéal pour votre logement ?

Le 19/01/17  -  Catégorie : Actimur

Comme chacun le sait, ou tout du moins comme nul n’est censé l’ignorer, le taux d’humidité de l’air dans un logement est d’une importance capitale. Lorsqu’il est trop humide ou trop sec, l’air intérieur peut avoir des conséquences néfastes sur l’état de santé des habitants et l’intégrité du logement. Pour autant, y a-t-il un taux d’humidité idéal ? Et si c’est le cas, où se situe-t-il ?

Comprendre ce qu’est l’hygrométrie

Commençons par un petit point de définition. L’hygrométrie, ou plus exactement le degré ou taux d’hygrométrie correspond à la quantité d’eau contenue dans l’air ambiant. On parle également d’humidité relative de l’air. Il est possible de la mesurer à l’aide d’un instrument de mesure spécifique, un testeur d’humidité (ou humidimètre) ou un hygromètre électronique, dans le but de vérifier si l’air est trop sec ou trop humide. Mais justement, c’est quoi le taux d’humidité idéal ?

Avant de répondre à cette question, il est important de bien comprendre que le taux d’humidité qu’on pourrait qualifié d’« idéal » dépend de plusieurs facteurs dont le pays, l’altitude, la saison, la température extérieure et le profil des personnes concernées.

En France, le taux idéal se situe entre 40 % et 60 %. Pour les personnes fragiles (personnes âgées ou souffrant d’asthme, enfants), la fourchette est plus restreinte. On évoque généralement un taux d’humidité situé entre 45 % et 55 %.

Les conséquences sur la santé d’un air trop humide

Au-delà de 70 % d’humidité en intérieur, on peut considérer que l’air est trop humide, c’est-à-dire qu’il est trop chargé en vapeur d’eau. Les raisons qui expliquent ce phénomène peuvent être multiples : mauvaise isolation ou étanchéité ; dysfonctionnement du système de ventilation mécanique ; transpiration, respiration et activités humaines qui s’accompagnent d’une aération insuffisante et donc d’une mauvaise évaporation ; infiltration d’eau ; remontées capillaires…

Cet air saturé d’eau peut avoir des conséquences plus ou moins graves. Dans la maison tout d’abord avec l’apparition moisissures libérant des spores, de parois et murs humides, du salpêtre, de la condensation et une prolifération des acariens.

Les conséquences se font également sentir sur le plan de la santé. Les personnes qui vivent dans un environnement trop humide ont en effet plus de risques de développer des maladies respiratoires, des allergies ou des problèmes articulaires. L’inconfort ressenti par les habitants d’un logement humide est d’autant plus important lorsque la température est élevée.

Que se passe-t-il quand l’air est trop sec ?

Étant donné les dégâts que peut occasionner un intérieur trop humide, on pourrait penser qu’à l’inverse, un intérieur dont le pourcentage d’humidité est inférieur à 40 % est moins problématique. Et on aurait tort de le penser !

Un air sec, souvent causé par un chauffage trop important en hiver, aura en effet tendance à dessécher les muqueuses des voies respiratoires provoquant ou accentuant ainsi les problèmes respiratoires ou des infections de la sphère ORL, notamment chez les personnes fragiles ou les enfants. Il est donc essentiel de trouver le bon équilibre !

Votre maison est touchée par des problèmes d’humidité ? L’utilisation de solutions anti-humidité comme les déshumidificateurs, ventilateurs et absorbeurs d’humidité ne permet pas de régler le problème ? Contactez Actimur pour demander votre diagnostic humidité complet !