Traitement de l’air trop humide, comment faire ?

Le 29/12/17  -  Catégorie : Actimur

Trop humide, l’air a besoin d’être assaini

On constate la présence d’air humide dans plus de la moitié des logements en France ! On pourrait penser que seules les habitations anciennes présentent cet inconvénient ? Des maisons récentes sont pourtant concernées. Pourquoi ? Parce que la première source d’humidité dans l’air d’un logement, c’est la condensation. La condensation est une production d’eau provoquée par des ponts thermiques et des points froids continus. Elle est donc le symptôme le plus évident d’une trop grande humidité de l’air.

Chauffer ne suffit plus : il faut assurer un bon traitement de l’air, assécher le logement pour réduire le taux d’hygrométrie présent dans l’air ambiant,

Les indications de l’hygrométrie

On parle d’hygrométrie, ou d’humidité relative, pour établir un rapport, pour une température donnée, entre l’humidité absolue de l’air étudié et l’humidité maximale qu’il pourrait atteindre s’il était saturé de vapeur. On définit ainsi une hygrométrie exprimée en pourcentage et une teneur en humidité quantifiée en grammes de vapeur d’eau par kilogramme d’air sec.

Contrairement à ce que l’on pense, en hiver, l’air extérieur froid ne contient que peu de vapeur. Lorsqu’il pénètre par les aérations, il peut provoquer des ambiances trop sèches. Il conviendrait donc de lui apporter des compléments d’humidité. C’est la raison pour laquelle nos anciens radiateurs de fonte étaient autrefois équipés de suspensions en céramique contenant de l’eau (des saturateurs). Par contre, les occupants étant eux-mêmes sources d’humidification par leur respiration et par l’évaporation de leur sueur, une pièce pourra se retrouver trop humide, même en hiver !

Durant l’été, l’air extérieur chaud peut être très chargé en vapeur. Lorsqu’il pénètre dans les locaux, il peut conduire à des ambiances très humides.

La solution « optimale » pourrait être un système de climatisation qui empêche le logement de monter en température tout en le déshumidifiant. Mais il faut tenir compte de l’humidité en été : en se condensant, la vapeur d’eau libérera une chaleur que le système de refroidissement devra pouvoir évacuer. La puissance de refroidissement devra être partagée entre le refroidissement de l’air (puissance sensible) et la déshumidification (puissance latente).

Toutes ces données très techniques ne sont pas anodines pour le confort des habitants d’un logement. Obtenir un air ambiant sain nécessite des compétences spécifiques qu’ont les techniciens d’Actimur.

Quel est le meilleur taux d’humidité relative ?

Il évolue entre 45 et 55 %. Certes, sa mesure est relativement imprécise, mais l’air ambiant ne doit pas trop s’écarter de cette fourchette.

Un air trop humide provoquera des dégâts dans la maison ainsi que des problèmes de santé (asthme et allergies par exemple). Trop sec, il installe les poussières et assèche les muqueuses.

Ce taux d’humidité de l’air résulte de la qualité et de la nature du chauffage utilisé mais également de la circulation de l’air dans la maison (air entrant et sortant) par un traitement de l’air efficace.

Certaines pièces sont plus exposées que d’autres, comme la salle de bains et la cuisine. En effet, la salle de bains, par exemple, est humide par nature. La vapeur d’eau qui y est produite se concentre sur les parois froides et forme de la condensation. C’est pourquoi on y constate des signes évidents d’humidité : des joints encrassés, des champignons, des mauvaise odeurs…

Pour y remédier, on a recours à des systèmes adaptés de ventilation. Dans tous les cas, il est judicieux d’aérer périodiquement. Soit en ouvrant une fenêtre, soit en ouvrant la porte de communication de la pièce sur les autres pièces pour éviter les concentrations de vapeur d’eau.

Chez Actimur, nous proposons une visite gratuite systématique de la maison pour déceler les signes d’humidité, préconiser des solutions de ventilation et d’entretien de ces solutions (nettoyage régulier des grilles par exemple) et conseiller une aération quotidienne.