Comment repérer et lutter contre les infiltrations d’eau ?

Le 28/09/18  -  Catégorie : Actimur

Comment repérer les infiltrations d’eau ?

Les symptômes sont là ! Ils peuvent se manifester par des taches de moisissures, des tâches qui apparaissent sur les murs ou les plafonds, du papier peint qui se décolle, de la peinture qui s’écaille, du crépi qui s’effrite… Manifestement il y a une infiltration d’eau et il faut éviter que cela ne tourne à l’inondation générale !

Quels sont les risques si les problèmes d’infiltration ne sont pas réglés ?

Plus on attend et plus les dégâts seront coûteux et longs à réparer : toiture, revêtements, cloisons…

L’eau qui pénètre par le toit peut endommager l’isolation des combles et annuler son pouvoir thermique voire fragiliser la charpente. De même les murs qui s’imprègnent d’eau vont se dégrader, les isolants s’imbiber et devenir inefficaces. Les fuites de température s’accentuent et l’humidité augmente dans l’habitat.

Le risque de voir se développer moisissure, champignons, salpêtre et mérule devient de plus en plus grand. Ces organismes ou substances chimiques sont toxiques et s’attaquent aussi aux matériaux et fondations de la maison. Humidité et santé ne font pas bon ménage, l’environnement peut vite devenir insalubre et les risques sanitaires liés à l’humidité (asthme, infections respiratoires) sont non négligeables et peuvent mettre en danger les occupants.

Bref, il faut agir au plus vite ! Mais comment déterminer l’origine de l’infiltration ?

Quelles sont les causes des infiltrations d’eau ?

Une infiltration d’eau peut provenir des eaux pluviales qui s’infiltrent dans la toiture ou le long des murs, d’une fuite d’eau dans l’étage supérieur d’un logement ou encore de remontées capillaires provenant d’un sol ou d’un sous-sol mettant à mal l’isolation d’un mur.

  • Une infiltration du toit peut provenir d’un défaut de couverture, d’une tuile déjointée, d’une cheminée mal entretenue ou d’une fenêtre de toit mal posée, etc.
  • L’eau peut aussi s’infiltrer par les murs via des fissures ou des points stagnants comme des gouttières bouchées, des matériaux trop poreux provoquant ruissellements, humidité et détérioration.
  • Des fuites d’eau peuvent avoir comme origine des canalisations ou des joints abîmés, des défauts d’étanchéités. Des fuites de ce type peuvent venir aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur et se retrouvent souvent sur des bâtiments neufs présentant des malfaçons ou des installations vieillissantes.
  • Les remontées capillaires proviennent de l’eau du sol. Elles remontent par les fondations de l’habitat et infiltrent les murs. L’humidité va ronger les matériaux et provoquer leur dégradation ainsi que l’insalubrité du logement.

Comment résoudre les problèmes d’infiltration d’eau ?

Les causes sont multiples et pour les identifier il faut faire appel à un expert en diagnostic humidité. Il sera mandaté par le propriétaire, l’occupant, le syndicat de propriété ou l’assurance du logement concerné. Ses moyens d’action sont les suivants :

  • La thermographie par caméra infrarouge permet de visualiser les changements de températures et ainsi les pertes d’isolation qui sont provoquées par les infiltrations d’eau. Elle peut révéler via des images vidéos de couleur différentes les fuites ou les zones humides à risque.
  • L’électroacoustique est une technique de détection sonore des fuites via une amplification des ultrasons émis par les flux d’eau. Elle est notamment très efficace pour détecter les fuites en provenance des canalisations métalliques ou plastiques.
  • Le gaz traceur permet de détecter la fuite en injectant un gaz dans une canalisation après l’avoir purgée. Un appareil de mesure du gaz sera en mesure de déterminer précisément l’emplacement de sortie de ce gaz.
  • L’inspection vidéo est établie à l’aide d’une caméra endoscopique c’est-à-dire très fine et capable d’être introduite dans les canalisations, gaines et cloisons qui peuvent être le lieu d’infiltrations variées.
  • Des colorants comme la fluorescéine ou la rhodamine B liquide sont des traceurs colorants l’eau dès une très faible concentration. Ils sont ajoutés dans l’eau pour identifier plus facilement l’origine d’une fuite sur un joint ou quand il y a plusieurs origines de fuites possibles sur un même site.

Une fois la fuite ou l’infiltration détectée, le responsable du sinistre (constructeur, propriétaire, occupant ou organismes sociaux généralement via l’assurance de chacun) doit prendre les mesures correctrices qui s’imposent pour mettre fin à l’infiltration d’eau et faire réparer les dégradations qui en ont découlées.

Cela peut passer par tous les professionnels du bâtiment selon le type de dégradations : couvreur pour le toit ou les combles, maçon pour des fissures sur un mur ou l’application d’un traitement hydrofuge ou des mesures anti-humidité, plombier pour des fuites de canalisations… Après la suppression des causes d’infiltration d’eau, un assèchement pourra être effectué pour assainir l’habitat avant d’effectuer les réparations de murs ou de cloisons. Dans le cas de remontées capillaires, il est possible de faire réaliser un cuvelage, c’est-à-dire l’application d’un revêtement complètement étanche pour chasser complètement l’humidité d’une cave, d’un garage ou d’un sous-sol. Tout problème d’humidité a sa solution mais nécessite une bonne expertise de ce domaine.

Lorsqu’une infiltration commence à être visible, les dégâts risquent déjà d’être importants ! Alors n’attendez pas l’inondation pour réagir !