Coniophore des caves : ce qu’il faut savoir

Le 14/09/20  -  Catégorie : Actimur

Le coniophore, également connu sous le nom de champignon des caves, est en réalité un cousin de la mérule, un champignon lignivore bien connu que craignent tous les propriétaires. Comment reconnaître le coniophore et le distinguer des autres champignons, dans quel type d’environnement se développe-t-il, quels dégâts peut-il faire à des habitations, et comment l’éradiquer ? Actimur vous livre de précieux conseils pour libérer votre maison de ce champignon envahissant.

Comment reconnaître le coniophore des caves ?

Le coniophore des caves, de son vrai nom coniophora puteana, a plusieurs particularités le distinguant des autres champignons lignivores d’intérieur :

  • Il fait des filaments épais et cotonneux en forme d’éventail qui s’étendent sur de vastes surfaces
  • À son apparition il présente une couleur pâle, puis fonce petit à petit, jusqu’à devenir brun foncé puis noir
  • La partie visible du champignon, nommée le carpophore, a des reflets verdâtres kaki, il est souvent caché mais quand on le trouve on peut remarquer alors qu’il atteint souvent une taille impressionnante

Il ne peut pas être confondu avec le polypore des caves, qui lui est un champignon au départ mou et de couleur blanche, et qui devient jaune et dur au fil du temps. Leur formes et couleurs différentes les distinguent, même s’ils aiment se nicher dans les mêmes endroits.

Le coniophore se nourrit de la lignine du bois, ce qui le fragilise, mais il ne peut pas transporter d’eau par ses filaments mycéliens, comme peut le faire son acolyte la mérule pleureuse.

Comment se développe ce champignon ?

Le champignon coniophore apparaît dans un environnement spécifique :

  • Sur un bois très humide, généralement du résineux ou feuillus ;
  • Dans une température comprise entre 5 et 35 degrés Celsius, mais plus généralement entre 22 et 26 degrés ;
  • Et en présence de remontée capillaire.

Pour se développer il a besoin d’un taux d’humidité important, c’est pourquoi on le retrouve souvent dans les sous-sols et les caves, lieux qui attirent l’humidité, et tout particulièrement dans les régions pluvieuses comme la Bretagne.

De plus la présence du coniophore attire des insectes xylophages parasites et leurs larves comme la petite vrillette, la grosse vrillette, le capricorne des maisons ou encore le lyctus, qui dévorent les charpentes par infestation comme les termites. Et attention, la présence de coniophore est souvent signe que la mérule va se développer également, ainsi que des moisissures, il faut donc agir vite avant prolifération ! Il est également bon de savoir que le diagnostic mérule et champignons est obligatoire par arrêté préfectoral dans certaines zones géographiques, en cas de vente.

Quels dégâts peut-il provoquer dans votre habitation ?

Le coniophore des caves occasionne des dégâts moins impressionnants et dévastateurs que son cousin la mérule, mais il peut tout de même mettre en danger la structure d’une habitation et son intérieur. En effet, ce champignon crée de la pourriture cubique, qui à terme provoque un desséchement et des fractures du bois. La charpente et ses poutres se fragilisent donc et le bois pourrit, il y a alors un risque d’effondrement du bâti. La pourriture cubique se reconnaît par les formes géométriques cubiques brunes à l’apparence friable qu’elle dessine sur le bois, elle détruit la cellulose.

Outre les dégâts occasionnés à la construction, le coniophore peut aussi s’attaquer à vos meubles en bois et boiseries, tout particulièrement s’ils sont en contact avec de l’eau ou humides. De plus, sa présence met en avant un taux d’humidité bien trop élevé dans votre habitation, supérieur à 40 %, ce qui peut causer des soucis de santé. En effet, asthme, allergies, pneumonies, bronchites, irritations oculaires, douleurs articulaires, problèmes de circulation, les soucis causés par un taux d’humidité trop élevé sont nombreux, ils sont notamment présents chez les plus fragiles.

Faites appel aux services d’un professionnel pour un traitement fongicide

Si vous suspectez la présence d’un champignon comme le coniophore des caves, faites appel à un professionnel de l’humidité sans plus attendre. Il est important de traiter ce problème à temps avant qu’il ne fragilise durablement la structure de votre maison. Par chance, le coniophore des caves se traite plus facilement que la mérule, il faudra le traiter au fongicide mais également trouver la cause du taux d’humidité trop élevée et y remédier. Dégât des eaux, fuite d’eau, mauvaise ventilation, remontées capillaires, il est important de bien identifier le problème de départ. Traiter le champignon par éradication sans avoir réglé le souci d’humidité ne servirait à rien.

Actimur vous offre un diagnostic humidité et un devis gratuit. L’expert dépêché chez vous pourra, après étude du champignon et des dégâts, vous proposer une solution et un traitement de l’humidité et du champignon adapté.

Une fois la cause de l’humidité trouvée et solutionnée, le champignon sera brûlé au chalumeau pour être déshydraté et retiré, puis un produit fongicide sera appliqué en traitement curatif et préventif. Le bois abîmé devra être remplacé, préférablement par du béton afin de prévenir toute récidive. Avec cette méthode vous pourrez enfin dormir sur vos deux oreilles, sans risquer que la structure de votre logement se fragilise et risque l’effondrement.